Logo ULCO
VOS QUESTIONS

Le radar

Vous trouverez ci-dessous des notes sur les radars.

Si vous n'y trouvez pas les informations que vous recherchez, n'hésitez pas à nous envoyer votre question, nous y répondrons dans les délais les plus brefs.

 
   Le radar

Abréviation de RAdio Detection And Ranging, le radar constitue un excellent moyen de se positionner (par rapport à la cote et par rapport aux autres navires) particulièrement apprécié dans les situations de visibilité réduite.

Longtemps utilisé sur les navires de taille importante, il est aujourd'hui largement répandu sur les voiliers et les vedettes à moteur de croisière.

Contrairement à l'idée reçue, ce n'est pas un appareil fait pour voir loin mais constitue un excellent moyen de navigation radio électrique et un système de sécurité précieux en cas de brume et dans les régions à forte densité de trafic.

Principe :

Son principe de fonctionnement est assez simple.

Un émetteur (l'antenne) envoie dans l'atmosphère des impulsions brèves (fréquence voisine de 10 GHz) par trains d'ondes radioélectriques ultra-courtes.

Lorsqu'une onde rencontre un obstacle, elle est réfléchie et renvoie une partie de l'énergie reçue sur la même antenne. Cette énergie est transmise après amplification sur un récepteur (écran) ou elle se matérialise sous la forme d'un spot lumineux appelé écho.

Sachant que les impulsions émises se déplacent à la vitesse de 300 000 kilomètres par seconde, on peut mesurer le temps écoulé entre l'émission et la réception et obtenir la distance de l'obstacle.

Comme l'antenne directionnelle tourne sur 360° (25 tours/minute environ) l'image radar reproduit l'environnement dans lequel évolue le bateau (contour des cotes, autres navires, balisage).

Cette antenne appelée également aérien est toujours tournante et peut être placée sous radôme. Sa hauteur détermine la portée du RADAR (16 à 32 milles environ sur un voilier).

L'écran peut être vidéo ou à cristaux liquides ; il est aujourd'hui de type plein-jour. L'image est traitée puis affichée sur un écran de type télévision ce qui permet à plusieurs utilisateurs de l'exploiter et de l'interpréter en même temps.

Utilisation :

Le RADAR offre de nombreuses possibilités d'exploitation. Il peut être interfacé à de nombreux appareils (gps ; sondeur ; loch...).

Ses deux principales fonctions sont :

- Le positionnement.

- L'anticollision.

Le radar de navigation est un appareil de mesures de deux coordonnées (gisement et distance) qui permet de placer le navire par rapport à des obstacles fixes ou de placer ces obstacles par rapport au navire. Le gisement est obtenu en amenant une alidade sur le milieu de l'écho et en lisant la mesure sur une couronne graduée de 0 à 360° affichée autour de l'écran. La distance est évaluée par le décompte du nombre de cercles lumineux concentriques entre le centre de l'écran et l'écho, l'écartement des cercles correspondant à une distance étalonnée.

Le RADAR peut également posséder un système de télémétrie dans lequel un marqueur électronique placé sur l'écho affiche directement la mesure.

Selon l'ordre de grandeur des distances, on peut disposer de différentes échelles en milles(0,5 ; 0,75 ; 1,5 ; 3 ; 6 ; 12 ; 24 et plus).

Sur le plan de la sécurité, le RADAR joue un rôle important pour prévenir les risques de collision lors de navigations dans les zones encombrées ou dangereuses et plus particulièrement de nuit ou lorsque les conditions de visibilité sont très mauvaises.

Le radar "voit" bien les obstacles hauts sur l'eau, durs et anguleux. Par contre, les obstacles arrondis ou absorbants renvoient de très mauvais échos.

De plus, de nombreuses interférences perturbent considérablement l'image radar : renvoi de mer, précipitations (pluie épaisse, grêle, neige, lignes de grains), échos de superstructures au voisinage immédiat d'autres navires, faux échos à faible distance.

Éviter l'abordage est donc une nécessité primordiale et pour tirer parti de façon efficace de son "paysage radar", il convient d'exercer une veille attentive qui se traduit par un suivi et un pointage des échos potentiellement dangereux (plotting).

Aujourd'hui, les radars modernes sont équipés de systèmes anticollisions automatiques ARPA (Automatic Radar Plotting Aid) qui permettent en quelques secondes l'acquisition de cibles (40 à la fois environ), leur analyse et leur poursuite en fournissant de nombreuses indications comme le point de rapprochement maximum (CPA : Closet Point of Approch), l'heure de ce CPA, le cap et la vitesse de l'écho représenté sur le scope par un vecteur.

D'autre part, il est possible de créer une zone d'alarme qui déclenchera un signal sonore lorsqu'un objet sera détecté dans cette zone pour permettre par exemple au navigateur solitaire d'effectuer d'autres taches ou de prendre un peu de repos dans des conditions acceptables de sécurité.

Le RADAR doit donc être considéré comme un appareil de navigation à part entière. Son évolution sur le plan technique le rend aujourd'hui accessible à tous les types de bateau. Il constitue un élément de sécurité important pour tous les navigateurs professionnels ou plaisanciers.
 
Retour